Consultez les archives des cas de 1994 à 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015

Or * | Argent | Bronze

LE GRAND JEU

Voir la campagne

Catégorie : Culture et loisirs | Annonceur : TABLE 14 | Agence : DDB PARIS |

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Objectifs :

En juin 2010, le marché d’Internet s’ouvre aux paris sportifs et hippiques et au poker en argent réel. Winamax doit s’imposer dans un environnement complexe, avec une concurrence en partie déjà active ou connue. L’espace du jeu en ligne est en effet largement occupé par les opérateurs d’Etat (FDJ, PMU), les marques internationales pluridisciplinaires (Bwin.fr, BetClic.com), les pure players poker (PokerStars.fr), les casinos en ligne et autres médias. Pour ne rien faciliter, la période est plutôt défavorable par son actualité (coupe du monde) et la saisonnalité (l’été reste une période creuse). Pourtant, les objectifs de cette nouvelle :arque sur le marché du poker sont plus qu’ambitieux : capter dès les 6 premiers mois, une part de marché dominante (30%), fédérer a minima à fin 2010 quelque 3 millions de nouveaux visiteurs uniques et 300 000 inscrits. Bref, deux joueurs de poker français sur trois doivent venir découvrir le site Winamax dans les six mois.

Moyens :

Il s’agit donc de prendre le leadership auprès du grand public sur le sujet poker, de s’approprier d’entrée de jeu les codes de leader pour s’imposer comme le porte-parole du poker en France, de devenir la marque qui connaît le mieux le jeu et les joueurs. Pour ce faire, Winamax s’associe un hérault médiatique, Patrick Bruel, pionner du poker en France et véritable caution de la marque. Le dispositif média doit en six mois imposer Winamax en termes de notoriété, d’image et de recrutement. Coeur de cible : les hommes de 18 à 34 ans. Dès l’ouverture du site, une dynamique communautaire est mise en oeuvre au travers de partenariats avec 80% des clubs et associations de poker en France. Le jour de la diffusion de son premier spot TV, Winamax investit la home page des principaux portails. Pour accentuer l’effet de notoriété, la plate-forme mise également sur le sponsoring sportif, en devenant partenaire officiel de l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) et partenaire officiel du Paris Saint-Germain (PSG).

Résultats :

La campagne TV touche plus de 155 millions de contacts, le branding Web génère pour sa part plus d’1,4 milliard de contacts et plus d’1,8 million de clics. Sur le marché du gambling, Winamax s’affirme dès son lancement comme leader et capte une part de marché dominante, de l’ordre de 30%. Les résultats de cette première année de communication sont édifiants, Winamax étant à fin 2010 premier en top of mind, premier en notoriété assistée parmi les opérateurs de poker. Avec 75% de notoriété assistée, la plate-forme est la seule poker room à rivaliser avec les sites de paris en ligne !L’image de Winamax est jugée moderne, dynamique, digne de confiance, sérieuse, pour + de 70% de la cible. Elle progresse sur l’ensemble des items : convivialité, fiabilité, facilité d’utilisation, proximité, référence… La plate-forme enregistre sa meilleure performance sur la reconnaissance de la communauté des joueurs : 10 points de gain entre août et octobre 2010. En outre, 50% associent Patrick Bruel à Winamax (contre seulement 2,7% au lancement). Le business suit, avec plus de 600 000 inscriptions à fin 2010. Et le succès se poursuit en 2011 : en avril, Winamax fête son millionième inscrit.


Crédits : Annonceur : Table 14 – Responsables annonceur : Canel Frichet et Laurence Duplessis – Agences : DDB Paris, MEC Active Engagement et Re-mind – Responsables agences : Mathieu Porri et Timothée Desruelles (DDB Paris), Dominique Guérin (MEC Active Engage

Ariane Warlin - Stratégies - www.strategies.fr